Posts Tagged ‘paysage’

Rendez-vous aux jardins

Mardi, mai 31st, 2011

Dans les jardins du Perche

Le patrimoine jardinier

Le patrimoine jardinier

Du 3 au 5 juin 2011, l’opération « Rendez-vous aux jardins » ouvre les portes des petits et grands jardins.

Une belle initiative annuelle, la neuvième du nom, qui, comme les journées du patrimoine, permet de découvrir près de chez soi quelques merveilles méconnues, potagers, vergers, conservatoires de variétés anciennes, jardins ouvriers ou partagés, jardins de curés ou d’abbayes.

Dans le Perche, profitez-en pour visiter, entre autres :

- le jardin du Château de Launay à Mâle,

- l’Espace des arts et techniques de Randonai,

- le Jardin François à Préaux-au-Perche,

- le parc du château de Lorière à La Rouge,

- le domaine de La Ferté-Vidame,

- les jardins thématiques de l’Abbaye de Thiron-Gardais,

- le Pressoir d’Argenvilliers,

- le parc du château des Vaux à La loupe.

D’autres jardins sont ouverts à la visite, même s’ils ne sont pas répertoriés sur le site officiel.

Digg This
Reddit This
Stumble Now!
Buzz This
Vote on DZone
Share on a Facebook
Bookmark this on Delicious
Kick It on DotNetKicks.com
Share on LinkedIn
Bookmark this on Technorati
Post on Twitter

Sur le coteau de la Bandonnière

Mardi, octobre 26th, 2010

Faune et flore

Coteau de la Bandonnière

Coteau de la Bandonnière

Le coteau de la Bandonnière est une étendue calcaire et sableuse de 5 hectares, exposée au sud, plutôt sèche, dominant la vallée de la Robioche, à la sortie Nord de Longny-au-Perche.

Sol pauvre (sableux) dans lequel l’eau s’infiltre rapidement, ensoleillement particulier, voilà des caractéristiques propres à créer un biotope de compétition pour la flore et la faune.

Ainsi, les pentes ensoleillées du coteau de la Bandonnière abritent-elles des plantes rares et protégées d’origine méridionale : Ophrys araignée (plante des Alpes), Thym serpolet (couvre-sol des espaces secs), Brunelle laciniée (fleur des Alpes), Orchidée, Hélianthème (plante de rocaille).

Il en va de même pour la faune : Criquet, Argiope frelon (araignée du bassin méditerranéen), Sauterelle, Grillon, Mante religieuse, mais aussi Lézard des souches, Fauvette babillarde, Rossignol philomèle.

Tout en bas du coteau, dans la Robioche,  glisse l’Ecrevisse à pieds blancs.

Le parc naturel régional du Perche a aménagé le site.

Un troupeau de « chèvres des fossés », commune dans le Grand Ouest, permet d’entretenir les habitats naturels en débroussaillant régulièrement le terrain.

Ce patrimoine floristique et faunistique préservé se visite librement ou avec des guides de l’association Faune et Flore de l’Orne (AFFO).

Crédit photo CFEN-BN

Digg This
Reddit This
Stumble Now!
Buzz This
Vote on DZone
Share on a Facebook
Bookmark this on Delicious
Kick It on DotNetKicks.com
Share on LinkedIn
Bookmark this on Technorati
Post on Twitter

Les forêts du Perche

Mercredi, août 4th, 2010

L’archipel du Perche

Forêt du Perche

Dans la Forêt du Haut-Perche

Dans le Perche, les forêts sont là, comme une évidence. Car, plus qu’une île, le Perche est un archipel de verdure :

- Au nord, Forêts du Haut-Perche et de la Trappe, frontière mythique entre le Perche et la Normandie,

- A l’est, Forêt de Senonches à La Ferté-Vidame avec ses cerfs dix-cors et ses sous-bois mousseux,

- Au coeur du Perche, Forêts de Réno-Valdieu et son chemin des abbayes, et forêts de Longny-au-Perche à Rémalard,

- A l’ouest, Forêt de Bellême, sombre et majestueuse, comme un paquebot sur son ère qui traverse le Perche d’est en ouest.

Tous ces massifs forestiers, majoritairement composés d’essences feuillues, sont associés à des landes et autres lieux humides, étangs riches en végétation aquatique, tourbières, prairies humides.

Leur étendue et leur quiétude favorisent le stationnement de nombreuses espèces d’oiseaux. Le Perche un ainsi reconnu comme un site d’intérêt ornithologique de niveau européen.

Arboretum, chemins de randonnées, étangs sombres et profonds, abris d’une faune prospère, lieux magiques pour les mycologues avertis.

Aire de jeu pour les Percherons débardeurs.

Digg This
Reddit This
Stumble Now!
Buzz This
Vote on DZone
Share on a Facebook
Bookmark this on Delicious
Kick It on DotNetKicks.com
Share on LinkedIn
Bookmark this on Technorati
Post on Twitter

Dans les chemins creux

Mercredi, juin 16th, 2010

Sous les frondaisons

CheminCreux

Chemin creux dans le Perche

Le Perche a le génie des chemins creux.

Cette rencontre, dans un paysage de collines ondoyantes, entre des haies préservées et des forêts entretenues, crée des jeux d’ombres et de lumière chaque fois renouvelés.

Les chemins creux, comme une matrice à remonter le temps.

Partout où le promeneur s’avance, des invitations au voyage s’offrent à lui au détour d’une ferme ou d’un manoir.

Voies traditionnelles de passage dans le bocage normand, les chemins creux relient les hameaux isolés.

Ils jouent encore plus aujourd’hui un rôle fondamental pour le maintien de la biodiversité par leur forme de corridors biologiques et pour la conservation de l’eau et des terres cultivables.

Patrimoine vivant, richesse souvent insoupçonnée, à préserver, particulièrement dans le Perche.

Digg This
Reddit This
Stumble Now!
Buzz This
Vote on DZone
Share on a Facebook
Bookmark this on Delicious
Kick It on DotNetKicks.com
Share on LinkedIn
Bookmark this on Technorati
Post on Twitter

Il pleut. Vive l’eau!

Mardi, mars 30th, 2010

Dans la mare…

Mare percheronne

Mare percheronne

Cinq épisodes de froid cet hiver, et maintenant il pleut!

Dans le Perche, quoi de plus normal? Surtout quand c’est de saison. L’occasion de se pencher sur le patrimoine percheron lié à l’eau: les zones humides et en particulier les mares.

Autrefois, élément identitaire dans chaque village, la mare était le centre de la vie sociale. Aujourd’hui, beaucoup d’entre elles sont comblées pour gagner de la place. Mais un regain d’intérêt pourrait les faire revivre en les intégrant dans les espaces communaux ou privés.

L’effort à consentir pour entretenir une mare est largement récompensé par l’observation de la faune et de la flore qui s’y développent spontanément.

La mare constitue un lieu de protection de certaines espèces animales en leur offrant un refuge et une réserve de nourriture. Tritons, grenouilles et poules d’eau cohabitent pour le plus grand bonheur des enfants.

Les plantes s’installent, depuis les saules en rive, en passant par les roseaux, iris et massettes, jusqu’aux nénuphars et renoncules aquatiques immergés.

Miroir serein ou plissé par les vents dominants, reflet des ombres et des lumières du Perche, la mare est l’écrin du jardin.

Vive l’eau!

Digg This
Reddit This
Stumble Now!
Buzz This
Vote on DZone
Share on a Facebook
Bookmark this on Delicious
Kick It on DotNetKicks.com
Share on LinkedIn
Bookmark this on Technorati
Post on Twitter
Subscribe to RSS feed Follow Collines du Perche on Twitter Follow Collines du Perche on Facebook SEO Powered by Platinum SEO from Techblissonline